En ce moment

Fourniture d’électricité : Des Iacm manipulés à l’insu des agents de la Sonelec

Face à ces manipulations électriques non programmées, plusieurs conséquences possibles sont avancées par les chefs de la direction technique de la Sonelec. Soit la mort d’un agent en intervention soit des groupes endommagés.

Des particuliers se permettent, au fait des coupures électriques prolongées, de manipuler les interrupteurs aériens à coupure manuelle (Iacm) à Ngazidja. Un nouveau phénomène de trop qui devient fréquent dans le secteur malgré les conséquences attendues. Des manipulations qui représentent «un danger», à en croire les techniciens de la société nationale de l’électricité des Comores (Sonelec). La direction technique énumère plusieurs cas enregistrés dans les régions de Hambu, Hamahame et Bwanku alors que les dégâts pourraient être «énormes». Certains parlent même d’une question de «vie ou de mort».

De conséquences énormes

Selon la direction technique, des Iacm installés à Hadjambu et à Mshambulu dans la région de Hamahame sont endommagés par des inconnus. «Celui installé à Herumbili a failli être détruit par des personnes de certaines localités de Mbwakuu. Heureusement, des habitants de Herumbili sont intervenus. L’Iacm mis en place à Mbibodju est vandalisé de temps en temps». nous confient des responsables de la direction technique de la Sonelec.

Après une brève enquête menée par le producteur et distributeur public du courant, il s’avère que des particuliers de certaines localités sont les auteurs de ces genres de pratiques lorsque d’autres localités proches d’eux sont alimentées. «Ils ferment ces Iacm pour qu’ils soient alimentés alors que l’ouverture d’un interrupteur ne se fait pas au hasard. Soit nous n’avons pas de marges suffisantes d’électricité pour éclairer certaines localités, soit nos agents sont en train d’intervenir», expliquent plusieurs cadres de la direction technique.

Face à ces manipulations dangereuses non programmées, plusieurs conséquences possibles, humaines, mécaniques, électriques et financières, sont citées par les chefs de la direction technique de la Sonelec. «En cas de manipulation à notre insu, nos agents peuvent être tués durant les interventions. Parfois, nos groupes subissent des dégâts énormes. Ils s’éteignent car ils ne supportent pas la charge supplémentaire. Et ces groupes doivent subir des contrôles et des révisions avant de les redémarrer», indiquent des agents de la direction technique.

Nazir Nazi/ Alwatwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*