En ce moment

Ussukani wa massiwa:  »Nous n’allons pas payer les patentes, ils n’ont pas fait les routes »

 

Le Syndicat national des chauffeurs, Usukani wa Masiwa, refuse catégoriquement de payer les vignettes. Le porte-parole du syndicat, Moustoifa Hamid alias Shema, a exprimé son indignation face à cette demande, soulignant que le gouvernement n’a pas tenu ses engagements en matière de réhabilitation routière.

« Nous sommes surpris qu’on nous parle de vignettes alors qu’aucun terme du protocole n’a été respecté », a déclaré Shema. « Une chose est claire, nous ne payerons pas la vignette. »

Les chauffeurs, soutenus par les différentes cellules régionales, dénoncent le fait que les routes nationales et secondaires ne sont toujours pas réhabilitées, condition pourtant essentielle de leur accord avec les autorités. L’administration générale des impôts et domaines avait exigé le paiement des vignettes de l’année 2023 avant le 31 mars 2024, une exigence que les chauffeurs jugent injustifiée en l’absence de travaux routiers promis.

Shema a insisté sur le fait que, bien qu’il soit de leur devoir civique de payer les vignettes, les autorités devraient prioriser la reconstruction des routes les plus fréquentées. Il a précisé que les cellules régionales maintiennent leur refus de payer les vignettes tant que les routes ne seront pas réhabilitées.

« Plusieurs voitures, surtout de la région de Hamahame-Mbwankuu et Washili-Dimani, sont tombées en panne à cause des routes abîmées », a-t-il expliqué. Shema a appelé le gouvernement à établir rapidement un plan de création et de construction des infrastructures routières.

Cette décision s’inscrit dans une stratégie globale du Syndicat national des chauffeurs, visant à instaurer des mesures progressives pour obtenir la réhabilitation de routes spécifiques : de Galawa vers Mbwankuu, de Bahani vers le rond-point GTE, et de Dembeni vers Nyumadzaha Mvumbari.

ANTUF Chaharane 

Comoresinfos est un média qui a vu le jour en avril 2012 et qui depuis lors, prône l'indépendance éditoriale. Notre ferme croyance en l'information de qualité, libre de toute influence, reste un pilier essentiel pour soutenir le fonctionnement démocratique.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


error: Content is protected !!