En ce moment

Un comorien dénigre le prophète Mohammad (SAW), les oulémas en colère

Les Ulémas comoriens ont dénoncé et condamné fermement des propos relayés sur le net vilipendant les messagers de Dieu sur terre et mettent en gardent toute tentative de dénigrement aux messagers de Dieu.

La colère monte. Un comorien a blasphémé les prophètes. Les ulémas comoriens condamnent farouchement ces propos relayés par un jeune comorien, dans les réseaux sociaux. Et selon eux, ces propos menacent la vie des prophètes de Dieu notamment Mohammad (saw) et Noé. « Nous condamnons les propos relayés par un comorien dans les réseaux sociaux qui dénigrent et menacent les valeurs des prophètes de Dieu. Toutes les régions ont interdit le dénigrement et le blasphème des messagers de Dieu. Tout le monde connait les valeurs des prophètes. Si un comorien prononce des propos diffamatoires envers le prophète Mohammad, le mieux est de le guider vers la repentance auprès de Dieu », a regretté Fundi Abdoulhakim Mohamed Chakir, avant que le doyen de l’Imam Chafiou, Abdouraouf Abdou Omar annonce qu’il n’a jamais su de tels comportements de ce jeune comorien, à Ikoni, depuis son enfance.

Selon les conférenciers, ce jeune a lu des livres qui ne sont pas en conformité avec notre religion musulmane. « Le prophète Mohammad n’a jamais interdit la musique, il était un mélomane. Il était un métis car sa mère était noire et son père, un arabe. Les arabes ne veulent pas prononcer le nom de la mère de Mohammad. Ce dernier était un petit métis. Et Noé était un ivrogne, un fabricant de vin. Un jour il était ivre et nu chez lui. Son fils Sham a dévoilé cet acte à ses frères. Le prophète Noé a banni son fils… », a raconté le jeune.

Abdoulandhum Ahamada / al fajr

Titre modifié

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*