En ce moment

UDC: Des résultats du premier semestre inquiétants

Après une année 2020-2021, chamboulée par la pandémie de Coronavirus, l’Université des Comores a su s’adapter aux moyens du bord pour relancer une nouvelle année académique 2021-2022.

En effet, le mois dernier, la direction de la scolarité de la faculté de Droit et Sciences économiques a publié définitivement les résultats du premier semestre. Ces derniers sont alarmants et inquiétants. En fait, sur un effectif de 3600 étudiants, 388 ont validé. C’est à peu près 10% dans l’ensemble de la faculté de Droit et Sciences économiques et 90 % n’ont pas validé . Une véritable catastrophe. 

                   

Ces mauvais résultats n’inquiètent absolument pas les dirigeants de l’Université des Comores mais leurs seuls soucis c’est d’inciter les futurs bacheliers à s’inscrire dans une université qui ne cesse de dégringoler de jour en jour.

Pour rappel, l’Université des Comores fêtera l’année prochaine sa 20 ème année depuis sa création. Donc, il est temps que l’Université se structure et donne accès à tous les moyens nécessaires aux étudiants et aux enseignants.

Comment ça se fait que l’Université des Comores n’a pas une grande bibliothèque digne de ce nom?
Comment est-il possible que jusqu’à maintenant, les textes ne sont toujours pas envoyés  en session plénière sachant que la session d’Avril a deja ouvert cela fait plus d’un mois?
Comment peut-on comprendre que l’université se soucie de faire une campagne pour avoir beaucoup d’étudiants alors que la capacité d’accueil est très limitée? Pourquoi gaspille t-on de l’argent pour des caravanes alors que les enseignants de master (heures supplémentaires et les vacations) ne sont pas payés? Peut-on vraiment parler de l’émergence alors que l’éducation nationale se dégringole du primaire au Supérieur?
Les sites (exemple Moheli) manquent de l’électricité à cause du non payement de l’administration centrale. Comment peut- on expliquer l’urgence de recrutement des agents de l’administration centrale alors que les dossiers des enseignants dorment dans les tiroirs de l’UDC? Les docteurs commencent à fuir notre jeune université au dépens de celle de Mayotte et autres.

Enfin, Il est temps que le président de la République prenne les choses au sérieux. L’éducation n’a pas de prix.

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*