En ce moment

Ramadan : De nombreuses localités rompent le jeûne dans le noir

Depuis le début du ramadan, la Société nationale d’électricité des Comores (Sonelec) n’arrive pas à fournir l’électricité convenablement à tous ses clients. Une situation qui indispose de nombreuses familles lors de la rupture du jeûne. Dans un communiqué, la société parle d’une surconsommation, mais cet argument ne tient pas, car l’on se demande comment on avoir une consommation élevée alors qu’il n’y a pas d’électricité de manière régulière.

Depuis le début du ramadan, les comoriens rompent le jeune dans le noir. La société nationale d’électricité des Comores (Sonelec), n’arrive plus à fournir l’électricité convenablement. Une situation embarrassante qui perturbe la quiétude de nombreuses familles obligées de rompre le jeûne dans le noir, dans les régions périphériques et même dans certains quartiers de la capitale. Dans un communiqué, la société justifie ce délestage par une consommation élevée passant de 70 000 litres habituelle à 79 000 litres par jour. Un argument qui a du mal à convaincre. Des clients se demandent comment peut-on avoir une surconsommation alors qu’il n’y a pas d’électricité convenablement. Les témoignages pointent du doigt la direction de SONELEC.

En tout cas, un des technicien de la centrale de Voidjou a rassuré qu’il n y’a pas de problème au niveau des moteurs à Ngazidja. L’île d’Anjouan qui est aussi touchée par ce délestage a par contre un problème de groupe électrogène. « Il y’a une mauvaise gestion de la part de la direction. En ce moment que je te parle, la société est dans une situation alarmante, administrativement et financièrement. Elle est très endettée. Jusqu’à aujourd’hui, les nouveaux abonnés n’ont pas eu leur branchement électrique, et maintenant on n’arrive pas à fournir le courant régulièrement à cause du carburant. Pendant tout ce temps, la direction reste dans leur zone de confort, en attendant que le gouvernement apporte encore son soutien. Ça ne doit pas être comme ça, à chaque fois », regrette ce technicien de la boite qui a requis l’anonymat.

Selon un ancien de la maison, la société fait son possible pour alimenter la population durant le mois de ramadan. Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. « Ce qu’on voit c’est tout à fait le contraire. La direction est incapable, pourtant le gouvernement a tout fait pour faciliter la tache du nouveau patron. Mais, c’est normal on nomme des gens qui ne sont pas de la maison. Ils ne connaissent pas les difficultés, ou ne maitrisent pas le domaine… », déplore-t-il.

Nassuf Ben Amad / LGDC

Please follow and like us:
error20
fb-share-icon97
Tweet 87
fb-share-icon20

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


error: Content is protected !!