En ce moment

Préparatifs de l’Ide El-Kabir à Ndzuani :«On n’a pas été payé jusqu’à aujourd’hui».

Embouchure de la rivière de Mutsamudu véritable carrière.

 

Les familles de Ndzuani se préparent pour l’Ide El-Kabir, malgré les difficultés économiques et des salaires impayés, en espérant des jours meilleurs pour célébrer cette fête religieuse importante. La préparation de l’Ide El-Kabir s’annonce mitigée en termes d’organisation au sein des familles de Ndzuani. Les quincailleries, les vendeurs de marchandises générales ainsi que les boutiques de confection expriment tous le même constat : «L’argent ne circule pas bien pour l’instant». Hier jeudi 13 juin, aux marchés de Mutsamudu et Mirontsi, l’on a observé que les activités dépendaient du paiement des fonctionnaires.

«On n’a pas été payé jusqu’à aujourd’hui, mais heureusement, nous sommes musulmans et nous partageons les biens au sein des familles», a indiqué Djounaina Andjib, qui s’étonne du prix de la viande fraiche, qui varie entre 4500 et 6000 francs comoriens le kilogramme ! Les denrées alimentaires ne s’achètent pas facilement. Aux marchés, les vendeuses affirment que «c’est la pénurie du riz qui fait grimper tous les prix».

Malgré la flambée des prix et le non-versement des salaires, l’agent du ministère des Finances de l’île, Ghalibe Louway Moussa Nassor, reste optimiste : «Les enfants passeront une bonne fête de l’Ide, même sans renouveler rituellement leurs habits». Du côté des vendeurs de vêtements, notamment chez Damir Mohamed Azihar, commerçant à Mutsamudu Missiri, «rien ne se vend». «Nous sommes déjà à la mi-juin et certains fonctionnaires n’ont pas été payés pour le mois de mai.

Nous faisons face à un double problème», explique-t-il, ajoutant que «la pénurie de riz (qui ne devrait pas avoir lieu, ndlr) oblige les parents à choisir entre les habits des enfants et l’or blanc». Il garde tout de même espoir, comme d’autres vendeurs de produits divers ou locaux, qu’il y aura «des mouvements d’ici samedi» et que «dimanche sera» peut-être «une journée de grande activité pour les vendeurs et acheteurs».

Dans les maisons familiales, on tient tout de même à embellir l’intérieur et l’extérieur. Peinture et changement de rideaux sont les priorités dans certains foyers de Mutsamudu, comme l’ont confié certains propriétaires. «À mon âge, je dirais que l’Ide est bien organisé. Il s’est imposé, mais tout va bien et tout est prêt. J’ai embelli ma maison à mon niveau et je remercie mon conjoint», se réjouit la fonctionnaire du ministère de l’Économie Tidjara Youssouf. Sur le plan religieux, Hatub Bourhane Nadjid insiste sur les bienfaits des dix jours précédant cette fête, la plus grande de l’Islam. Un grand bonus est le 9e jour, jour d’Arafat, recommandé de jeûner ce jour.

Ces propos ont été rapportés par le journal Alwatwan.

Comoresinfos est un média qui a vu le jour en avril 2012 et qui depuis lors, prône l'indépendance éditoriale. Notre ferme croyance en l'information de qualité, libre de toute influence, reste un pilier essentiel pour soutenir le fonctionnement démocratique.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


error: Content is protected !!