En ce moment

Lutte contre le paludisme : Ngazidja a enregistré 6000 cas de paludisme en 2021

Au total 6000 cas du paludisme et trois décès ont été enregistrés au cours de cette année 2021. Le programme national de la lutte contre le paludisme en partenariat avec le gouvernorat de Ngazidja a lancé la campagne de pulvérisation intra-domiciliaire.

Les erreurs du passé doivent servir de leçons. Le gouvernorat de Ngazidja en partenariat avec le programme national de la lutte contre le paludisme (PNLP) a lancé vendredi 22 octobre dernier la campagne de pulvérisation intra-domiciliaire à Moroni. En tout 110 opérateurs dont 10 de réserve, 10 superviseurs, 225 mobilisateurs ont été formés pour mener à bien cette tâche. L’idée est de faire la mobilisation sociale au niveau régional, préfectoral, municipal villageois, familial et individuel pour faciliter l’accès aux maisons qui assureront le succès de cette campagne. Pour pouvoir atteindre zéro cas autochtone de paludisme d’ici 2025, le pays a mis les bouchées doubles sur les interventions d’élimination visant à réduire rapidement les cas de paludisme, plus particulièrement dans le foyer de transmissions active sur l’ensemble du territoire.

Un des experts sur place, Ali Talib a expliqué que cette pulvérisation intra-domiciliaire consiste à poser une petite quantité d’insecticide sur les parois et plafonds des habitations capable de tuer les anophèles vecteurs du paludisme, mais inoffensive pour les humains, afin de réduire rapidement et significativement le niveau de transmission. « Tous ce que vous aurez, c’est d’avoir un seau d’eau mais tout a été pris en charge par le gouvernement. Et pour mener à bien cette mission, une quantité d’insecticide et les ressources humaines sont mobilisés dans l’optique d’asperger les habitations de Moroni (4000 foyers) et les 47 localités de Ngazidja. En tout cette mission va durer 2 mois dans sa totalité. Par là j’appelle à l’implication de tout un chacun», souligne-t-il.

D’après le secrétaire général du gouvernorat, Maoulida Mabrouk, l’implication de tout un chacun est importante. « Je vous demande de vous approprier cette campagne, de mobilier vos agents, vos administrés et vos proches afin que nous en tirions le maximum de bénéfices pour la santé de tous », appelle-t-il.

Si le gouvernorat s’est arrêté dans les actions, le maire de Moroni, Hassane Ahmed Halidi revient sur les erreurs du passé. Selon lui, cette campagne n’est pas la première mais cette fois les actions doivent bien être réfléchies. « Si la campagne n’a pas bien fonctionné, c’est dû au mauvais recensement, à la mauvaise campagne de sensibilisation. Raison pour laquelle les stratégies doivent être les bonnes en vue d’éradiquer ce fléau, comme à Anjouan et à Mohéli », précise-t-il. À noter que durant cette année, 6000 cas de paludisme ont été enregistrés à Ngazidja dont trois décès. Les résultats probants sont attendus au cours de cette campagne qui vise à atteindre plus de 90% de couverture.

Andjouza Abouheir / LGDC

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*