En ce moment

La rhétorique d’Ali Hadji contre son peuple, la science sans conscience n’est qu’une ruine de l’âme

Tribune: Ali Hadji tant aimé par son éloquence, tant aimé pour ses interprétations religieuses, tant aimé par ses blagues positives qui provoquèrent l’euphorie, tant aimé comme citoyen, tant aimé comme maître, aujourd’hui, il a choisi son camp, celui d’obscurentisme, de l’injustice, de la démagogie, de la violence, de la soumission, de Satan, de l’engrais d’Imam Iblis, d’ailleurs il a répèté, mille fois, dans son discours que celui-ci soit son maître.
Les Comores n’ont pas de chance. Cette ligne, de la soumission des maîtres religieux, est tracée depuis des décennies. Ils s’arrangent toujours dans l’ombre du pouvoir. La jeunesse ignore l’histoire et croit à une nouvelle génération, mais celle-ci l’a bien trahie. Non, de ma part, ce n’est pas une trahison. Nous, peuple comoriens, nous trompons avec ces maîtres sortants de l’Arabie Saoudite, pays de Mohammed Ben Salmane avec lequel un journal pro-gouvernemental turc affirme, sur la base d’enregistrements sonores réalisés à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul, que le journaliste Djamel Khashoggi, opposant du royaume, y a été torturé avant d’être décapité. Il est découpé en morceaux, emballé dans une valise qui serait embarqué avec le commando de 15 agents pour l’Arabie Saoudite, d’ailleurs le criminel, Assoumani a bien soutenu le prince dans cette affaire.
Qu’attendez-vous, chers compatriotes, des sortants de ce pays? Nous nous trompons, chers comoriens et chères comoriennes! Ils interprètent les versets en faveur de leur idéologie obscure. Ils expliquent les contes du prophète Mohammad en faveur de leurs arrangements comme autant d’autres le font, al-kaïda, boko haram, les talibans…


Ali Hadji n’a pas voulu être long parce qu’il lui manquait de l’engrais, c’est pour cette raison que Moustadrane l’a lancé un grain dans la poche. C’est drôle dès qu’il est devant les microphones, son maître et Msaïdié se donnent un coup de regard suspect, un signe de moquerie. Mohamed Bajrafil abattu, il y a quelques semaines, aujourd’hui, Ali Hadji enterré à la Bapalé.
Il dit une chose et le contraire à la fois. Fausses interprétations pour satisfaire Imam Iblis, maître d’Ali Hadji, dit lui même.
قال علی حاج کل محبوب هو مهبول qui est le bien aimé parmi nous? Et à la suite il dit que le prophète a dit ceci لا تدخلوا الجنه حتی تو۶منوا و لن تو۶منوا حتی تحابوا . , Nous voyons clairement, ici comment ces maîtres s’en servent de la religion pour faire partie des délégations présidentielles. Pour avoir de l’engrais dans les poches.
Ali Hadji a choisi son camp comme son condisciple Mohamed Bajrafil, mais personne de conscience tranquille n’aurait s’attendre à autre chose de leur part. C’est la ligne qui leurs correspond mieux, qui leurs va, celle de la soumission, maître engrais, celle du pouvoir contre le peuple, une chose est sûre, le peuple comorien est debout, déterminé pour mettre fin à ce régime impopulaire, ce régime de débouchage. Allah a dit à Iblis qu’il est incapable de détourner les bons serviteurs de bonne foi. Ali Hadji est détourné parce qu’il ressemble bien à son maître.
Nous, comoriens et comoriennes, avons confiance en l’amour de la patrie, en l’amour entre nous, en l’amour pour Allah, en l’amour pour notre prophète et on n’est pas des idiots.


MMADI MALIK HAKIM

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*