En ce moment

«Je suis en couple avec des triplées et les satisfaire au lit n’est pas un problème»

Témoignage. Au Kenya, la polygamie a été légalisée en 2014. Une loi qui ravit ce jeune homme, sur le point d’épouser trois triplées.

Stevo est un homme plus comblé que jamais. Et pour cause, le Kényan s’apprête à se marier avec ses trois petites amies : les triplées Cate, Eve et Mary. Lors d’une interviewée accordée à une émission locale, relayée par le Daily Mirror, ils se sont confiés sur leur union polyamoureuse. Ainsi, nous avons appris que le jeune homme avait d’abord rencontré Cate avant d’être présenté à ses deux sœurs. Une situation sentimentale qu’il assume totalement. « Je suis un homme généreux et fidèle mais j’ai tendance à penser que mon amour n’était pas destiné à une seule fille. Je suis né polygame, tout le monde le sait » a déclaré le futur marié.
Stevo a toujours été honnête envers ses anciennes petites amies. À l’époque où il entretenait des relations monogames, il faisait déjà part de son envie de polygamie : « Je leur disais que je voulais une copine de plus. Je n’ai pas envie d’être infidèle, je veux plusieurs partenaires. C’est une incroyable coïncidence que mes souhaits se soient exaucés. » D’après ses précisions, le jeune homme fréquente les triplées depuis seulement trois mois : « Nous vivons au jour le jour. Nous apprenons des uns et des autres, nous prenons notre temps. » Quand on évoque leur vie intime, le Kényan est catégorique : il assure comme jamais.

Satisfaire trois triplées au lit ? Pas un problème pour Stevo

« Pourquoi les gens doutent du fait que je puisse satisfaire trois femmes ? Ce n’est pas un problème » a ainsi assuré Stevo. Et d’ajouter qu’il avait mis en place un roulement pour passer du temps avec ses compagnes : « Tous les lundis, je suis avec Mary. Les mardis, je les passe avec Cate. Et les mercredis sont réservés à Eve. » Un système qui semble convenir aux triplées, qui fréquentent le même homme pour la première fois. Les trois sœurs n’ont d’ailleurs pas l’intention de le partager avec une quatrième femme : « Nous trois, nous lui suffisons. Nous n’allons pas lui permettre d’inclure quelqu’un d’autre. Nous sommes une famille heureuse. »

Entrenous.fr

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*