En ce moment

Azali hué et humilié à Mkazi : Said Larifou félicite les jeunes de la ville

Ceratains intellectuels et cadres comoriens très complaisants aux assassinats et d’autres crimes politiques et économiques commis sous l’autorité du colonel Azali Assoumani appellent honteusement au respect à la dictature dirigée par ce dernier .


Cette posture , sous forme de turpitude , est une insulte intolérable au centaine de victimes de ce régime dont les pratiques anti démocratiques compromettent gravement l’avenir des milliers de comoriens . Cette suprenante position et publication de certains esprits prétendument ” clairvoyants “font très mal aux Comores , elles sont pire que les actes criminels qui ont maintenu notre pays à ce niveau de sous développement .Pire encore, elles tentent de faire le lit, d’enraciner davantage et d’inscrire l’impunité des crimes politiques dans le paysage social, culturel et politique comorien. L’histoire nous enseigne que la résistance contre la dictature et l’arbitraire exige fermeté dans les convictions des résistants et non une complaisance coupable et intéressée .
Il est temps de cloisonner les camps .
Je suis du côté de ceux , nombreux sans doute , qui appellent à amplifier la résistance à la dictature admirablement portée et incarnée par la jeunesse de Mkazi .
Said Larifou.

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*