En ce moment

Comment réduire le taux de mortalité des animaux de rente aux Comores ?

La Santé Animale Avec le Docteur Vétérinaire Nahouza Mohamed Hassane

Comment Réduire Le Taux De Mortalité Des Animaux De Rente Aux Comores ?

On appelle animaux de rente; tous les animaux de la ferme, élevés pour se faire de la richesse dont leurs produits dérivés sont destinés à la consommation humaine. Ici, on parle :

  • Des bovins (vaches, bœufs, taureaux,…) pour le lait, la viande et le cuire
  • Des ovins et caprins (moutons et chèvres) pour la viande, lait et laine,
  • Des volailles pour les œufs et la chaire.

Aux Comores, les éleveurs subissent de très grandes pertes dues à des infections qui sont EVITABLES par l’intervention des vétérinaires. Les vaccins protègent les animaux contre les maladies infectieuses et assure une diminution de nombre de décès d’animaux d’élevage causé par les infections virales et ou bactériennes.

Vacciner les animaux signifie donc également préserver la santé humaine et la santé publique. Car plus de 70% des maladies animales peuvent être transmises à l’homme. Ces maladies sont appelées zoonoses.

Qu’est-ce qu’un vaccin ?
Un vaccin est un médicament, une substance destinée à stimuler les défenses de l’animale contre un microbe (virus, bactérie ou parasite) qu’il est susceptible de rencontrer au cours de sa vie. Donc vacciner c’est administrer un agent antigénique (le vaccin), dans le but de stimuler le système immunitaire d’un organisme vivant et d’y développer une immunité adaptative contre un agent infectieux.

A qui les éleveurs comoriens peuvent faire appelle?
Le médecin vétérinaire est la source d’information prioritaire principale et dominante sur la santé des animaux. Il joue un rôle prépondérant dans la décision de mise en œuvre des plans de prophylaxie dont la vaccination.

Mais on doit regretter que le nombre des docteurs vétérinaires (diplômés de doctorat) aux Comores soit très réduit. On compte moins de 10 docteurs vétérinaires comoriens et le pays n’est indemne d’aucune épizootie selon l’Organisation Mondiale de la Santé Animales (OIE).

Jusqu’à présent l’assemblée nationale attend la proposition de la législation vétérinaire, qui permettra la création de l’ordre national des docteurs vétérinaires.

Dr Nahouza Mohamed Hassane, médecin vétérinaire, biotechnologiste.

HaYba FM La Radio Moronienne Du Monde

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*