En ce moment

Cœlacanthes/Covid-19 Des tests douteux ?

Nous en savions tous dès le départ que la Covid-19 lors de cette CAN pouvait être une arme bien plus dangereuse que ce qu’elle est déjà. Une équipe comme le Sénégal a compté jusqu’à 11 cas positifs dans ses rangs en début de compétition. Les 8e de finale risquent de nous réserver des mauvaises surprises sur ce front Covid.

Dans une vidéo (samedi) qui est devenue virale en quelques heures, le manager général des Coelacanthes El Hadad Himidi a annoncé la détection de cas positifs à la Covid dans les rangs de verts. Une information qui a donné une sueur froide aux soutiens des Coelacanthes un peu partout mais, elle est interroge aussi sur le timing de ces tests et la pertinence des résultats. Le coach Amir Abdou et cinq autres membres du staff technique sont testés positifs. Dans les rangs des joueurs, c’est la catastrophe. A part Ben Boina qui est déjà out pour blessure, six joueurs sont atteint par la Covid et non les moindre. Les deux gardiens remplaçants Ali Ahamada et Moyadh Ousseini, Mohamed M’Changama, Nakibou Aboubakari, Yacine Bourhane, et Kassim Abdallah.

Il n’en fallait pas moins pour faire réagir la blogosphère et tout Moroni. Chacun y allant de son petit commentaire. Certains voient des manœuvres des camerounais pour diminuer un adversaire qui leur fait peur. D’autres accusent carrément la CAF de vouloir éliminer une équipe qui ne pèse presque rien sur le plan économique.

En effet les Comores sont parmi les pays qui n’ont pas remmené des supporters aux Cameroun. Les plus pessimistes appellent même les Coelacanthes à plier bagages. Et les optimistes appellent à un report du match dans la méconnaissance des textes. Selon le protocole Covid des organisateurs et entériné par la CAF, « un match ne pourra être reporté que quand une équipe se retrouve avec moins de 11 joueurs ». C’est qui veut dire que si une équipe n’a que 11 joueurs elle devra jouer même sans remplaçants. Et le protocole de continuer « si parmi les 11 joueurs disponibles il n’existe aucun gardien, un joueur de champs doit le remplacer ».

La situation interroge d’autant plus que du côté des adversaires en l’occurrence les camerounais, aucun cas n’a été détecté. Côté comorien, c’est la stupéfaction et une sorte de résignation qui se lit dans les propos des uns et des autres. Si une contre expertise a été demandé, nul ne pourra dire si elle aboutira à donner satisfaction aux demandes de la FFC. Joint par la Gazette, le président de la FFC Saïd Ali Saïd Athoumane a abordé un peu plus sur le sujet. « C’est un laboratoire de Dubaï qui travaille avec la CAF et du personnel venu de là-bas mais, les appareils ne sont pas toujours fiables raison pour laquelle on se bat pour faire des tests ce dimanche même si le délai requis est de 48 heures », dit-il. Alors on croise les bras et prions pour que la chance reste de notre côté.

AS Badraoui / LGDC

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*