En ce moment

Un journaliste comorien demande le rattachement des Comores à la Tanzanie au détriment de la France

Selon idée originale est très simple : puisque les Comoriens vont en Tanzanie pour se soigner, se promener , faire du commerce, faire des enfants, se marier et même s’installer. De plus, on a la même frontière maritime, on parle presque la même langue qu’est le Soihili. On a les mêmes mentalités et la même religion presque. De ce point de vue, il n’a pas tort. Il dit que la Tanzanie est en avance sur les Comores et maîtrise son éducation, son énergie et l’économie, là où les Comores ont échoué. Il a lancé le COMITÉ DE SOUTIEN DE L’UNION entre les Comores 🇰🇲 et la Tanzanie 🇹🇿 depuis le 26 mars 2021.

Par Kari Abdou Toihir, écrivain et journaliste :

«Cela fait 45 ans, presque ½ siècle que les Comores ont accédé à l’indépendance. Et le bilan de cette souveraineté se résume à trois mots : le désordre (Msadjadja), le séparatisme (Ukutruzi) et la mendicité(Umezi). Le désordre parce que nous nous sommes jamais entendus sur tous les domaines et plus particulièrement sur la notion d’intérêt général. Au contraire, c’est l’individu et le clan qui ont pris l’ascendance sur le commun. Le séparatisme n’est que la conséquence de l’individualisme. Puis, dans une société qui se définit par le pillage et la prédation des deniers publics, la seule alternative qui s’offre à nous, est bien la mendicité.

Alors fort de toutes ses raisons et particulièrement de l’emprise des puissances comme la France, l’Arabie Saoudite et l’Iran, le pays ne peut plus exister dans la paix et la stabilité. Voilà les obstacles auxquels nous devrions faire face. Et sur ce constat une question s’impose : Les comoriens ont-ils les moyens qui leur permettraient de franchir un jour ces barrières ?

En effet dans un monde qui évolue par des blocs sous-régionaux où la puissance militaire est très dissuasive, les 4 cailloux qui forment les iles Comores ne pourront jamais faire face à ces géants : cela veut dire que les politiques expansionnistes de la France, de l’Arabie Saoudite et de l’Iran ne sont pas aux Comores pour les intérêts comoriens, mais pour les leur. Alors tous ces éléments nous poussent à réfléchir autrement, c’est-à-dire mettre les intérêts du peuple au centre de notre réflexion et non notre individualisme. Il en ressort que notre survie est étroitement liée à notre intégration régionale, c’est-à-dire aller vers l’union de notre pays et la Tanzanie, un grand pays voisin aux potentiels économiques immenses, avec qui depuis la nuit de temps, nous avons des liens historiques profondes, tant au niveau culturel, religieuse et économique. Ainsi cette intégration dans l’union entre la Tanzanie et les Comores, mettra immédiatement notre pays sur la rampe de lancement du développement économique :

1- Nous réglerons les problèmes sanitaires qui frappent notre pays depuis longtemps et cela par la construction des hôpitaux etc.
2- Nous réglerons les problèmes éducatifs de nos enfants. C’est-à-dire qu’ils seront formés dans leur propre pays.
3- Nous mettrons fin au délestage récurrents qui au fil des années ont mis l’économie à genou.
4- Nous aurons des infrastructures diverses, routes, ports aéroports et dignes de ce nom.
5- Nous bénéficieront de l’expertise touristique de la Tanzanie qui propulserait nos iles dans le plein développement.
6- Nous bénéficieront d’une sécurité militaire contrairement à la situation actuelle où nous sommes vulnérables.
7- Nous ouvrirons des perspectives à nos enfants afin de pouvoir s’installer sur le continent, au vue de la démographie galopante que nous enregistrons.
8- Nous ne subirons pas l’oppression coloniale française liée à la question de Mayotte.
9- Enfin, Nous réglerons une fois pour toutes la question du FCFA.
10- Nous éviterons la prédation de nos ressources naturelles et halieutiques.

En ce qui concerne la Tanzanie, les avantages liés à cette union entre les deux pays sont importants :
1- Augmentation de la production du pétrole avec Les ressources pétrolières que regorges les eaux comoriennes.
2- L’extension des frontières maritimes qui augmenterait la production halieutique.
3- Une grande influence maritime avec 40 % du transport mondial des marchandises.
4- Augmentation de l’économie du touristique et du transport aérien et maritime.
Bref, rejeter cette alternative, c’est compromettre l’avenir des Comores à moyen et à long terme. Vive l’Union des Comores et la Tanzanie».

CLC

La Rédaction

3 commentaires sur Un journaliste comorien demande le rattachement des Comores à la Tanzanie au détriment de la France

  1. Il est à observer que les Comores ont accédé, juste, à une indépendance de façade.
    Depuis le lâche assassinat d’Ali Soilih par la FrançAfrique et ses vassaux comoriens, le pays est rentré dans un néocolonialisme sauvage. Les mercenaires de la cellule de l’ELYSEE ont mis le pays à l’envers. Arrestations, enlèvements, tortures, humiliations et assassinats furent légions. Aussi, sans souveraineté monétaire et en conséquence d’indépendance politique pas d’indépendance tout court. Alors se rattacher à un autre pays, frère soit-il, c’est abandonner l’idée éventuelle d’une souveraineté nationale. C’est rester dans la soumission, c’est oublier les libertés individuelles et collectives pour le citoyen lamda. On peut et on doit se construire sans manifester de lâchetés caractérisées. Nous sommes, près de 46 ans de la mise en liberté surveillée du pays, devenus des témoins passifs devant le musellement du peuple, la dégradation de la vie à tous les niveaux, la débauche et les crimes de toute nature ( viole des institutions, des personnes et des enfants, de la religion, des valeurs humaines, ……) y compris les assassinats organisés par ceux désignés pour assurer la sécurité des hommes et des biens. On est tout de même pas surpris de réaliser le silence de la FRANCE DES DROITS DE L’HOMME devant les actes d’un autre temps commis par les vassaux de la FrançAfrique. Des colons noires de peau.

  2. Il est à observer que les Comores ont accédé, juste, à une indépendance de façade.
    Depuis le lâche assassinat d’Ali Soilih par la FrançAfrique et ses vassaux comoriens, le pays est rentré dans un néocolonialisme sauvage. Les mercenaires de la cellule de l’ELYSEE ont mis le pays à l’envers. Arrestations, enlèvements, tortures, humiliations et assassinats furent légions. Aussi, sans souveraineté monétaire et en conséquence d’indépendance politique pas d’indépendance tout court. Alors se rattacher à un autre pays, frère soit-il, c’est abandonner l’idée éventuelle d’une souveraineté nationale. C’est rester dans la soumission, c’est oublier les libertés individuelles et collectives pour le citoyen lamda. On peut et on doit se construire sans manifester de lâchetés caractérisées. Nous sommes, près de 46 ans de la mise en liberté surveillée du pays, devenus des témoins passifs devant le musellement du peuple, la dégradation de la vie à tous les niveaux, la débauche et les crimes de toute nature ( viole des institutions, des personnes et des enfants, de la religion, des valeurs humaines, ……) y compris les assassinats organisés par ceux désignés pour assurer la sécurité des hommes et des biens. On est tout de même pas surpris de réaliser le silence de la FRANCE DES DROITS DE L’HOMME devant les actes d’un autre temps commis par les vassaux de la FrançAfrique.

  3. Il est à observer que les Comores ont accédé, juste, à une indépendance de façade.
    Depuis le lâche assassinat d’Ali Soilih par la FrançAfrique et ses vassaux comoriens, le pays est rentré dans un néocolonialisme sauvage. Les mercenaires de la cellule de l’ELYSEE ont mis le pays à l’envers. Arrestations, enlèvements, tortures, humiliations et assassinats furent légions. Aussi, sans souveraineté monétaire et en conséquence d’indépendance politique pas d’indépendance tout court. Alors se rattacher à un autre pays, frère soit-il, c’est abandonné l’idée éventuelle souveraineté. C’est rester dans la soumission, c’est oublier les libertés individuelles et collectives pour le citoyen lamda. On peut et on doit se construire sans manifester de lâcheté. caractérisées Nous sommes, près de 46 ans la mise en liberté surveillée, devenus des témoins passifs devant le musellement du peuple, la dégradation de la vie à tous les niveaux, la débauche et les crimes de toute nature ( viole des institutions, des personnes et des enfants, de la religion, des valeurs humaines, ……) y compris les assassinats organisés par ceux désigner pour assurer la sécurité des hommes et des biens.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*