En ce moment

Plan de développement France-Comores : La France débloque 10 milliards Kmf

L’Union des Comores et la France ont signé deux conventions d’une enveloppe de 10 milliards de nos francs, relative aux accords de partenariat des projets majeurs du plan de développement France-Comores, de juillet 2019. La signature concerne le projet d’appui au développement des filières d’exportation et au développement rural (AFIDEV) et le projet d’appui au renforcement des partenariats avec les diasporas entrepreneuriales comoriennes.

La France et les Comores ont procédé vendredi 11 juin à Moroni, à la signature de deux conventions pour le développement des Comores. Il s’agit du projet d’appui au développement des filières d’exportations et au développement rural (AFIDEV) financé à hauteur de 7,3 milliards Kmf, et le projet d’appui au renforcement des partenariats avec les diasporas entrepreneuriales comoriennes financé à hauteur de 2,4 milliards Kmf. Ces deux projets d’un montant cumulé de près de 10 milliards de nos francs financés par la France via l’Agence Française de Développement (AFD), apporteront une contribution importante au développement socio-économique de l’Union des Comores.

Ils favoriseront également la création d’emplois durables et mieux rémunérés comme le recommandent les orientations fixées dans le cadre du PCE (Plan Comores Émergentes) et le futur PNIA (Programme National d’Investissement Agricole). « Je porte une attention particulière à l’action de la chambre de commerce franco-comorienne qui permettra dans le cadre du projet « diaspora », de donner une forte dimension à nos relations économiques. Le renforcement de la justice « des affaires » grâce à notre coopération dans le domaine de la justice et avec l’OHADA apportera plus de confiance permettant les investissements indispensables au développement des Comores », souligne l’ambassadrice de France en Union des Comores Jacqueline Bassa-Mazzoni

De son côté, le ministre des affaires étrangères Dhoihir Dhoulkamal a invité la diaspora à venir ensemble inscrire une nouvelle donne. « Nous voulons voir cette diaspora qui investit, qui entreprend, qui crée de la valeur, actrice de la transformation économique vers laquelle les Comores sont engagées », appelle-t-il. Pour rappel, le projet AFIDEV visera à renforcer la compétitivité des filières agricoles de rente (girofle, vanille et Ylang-Ylang), à augmenter la valeur des exportations et à garantir une répartition plus favorable de la richesse produite sur le territoire national. Il s’agira d’appuyer la transformation et l’amélioration de la qualité des produits et de contribuer à leur reconnaissance internationale « Made in Comores ».

Le projet permettra de soutenir en donnant une place plus importante aux femmes, plus de 50 structures de transformation et de conditionnement, de former plus de 1000 structures impliquées dans la transformation tout en facilitant l’accès à des crédits bonifiés pour améliorer la performance des acteurs et soutenir l’innovation. Un soutien sera apporté à la création du futur Office national des produits de rente afin de renforcer la régulation des filières, favoriser le dialogue public-privé et faciliter la création d’emplois notamment pour les jeunes. Le deuxième projet participera à renforcer la cohésion et le partenariat entre les Comoriens de l’intérieur et de la diaspora, en faveur du développement durable de l’Union des Comores. Dans ce même cadre, il permettra de soutenir techniquement et financièrement près de 100 porteurs de projets / investisseurs issus de la diaspora.

Pour rappel, le 22 juillet 2019, la France et l’Union des Comores se sont engagées « vers une nouvelle dynamique de partenariat » à travers la signature d’un Document Cadre dont le Plan de Développement France – Comores (PDFC), financé par la France à hauteur de 150 M€ (environ 73,8 milliards de francs comoriens), est issu. La mise en œuvre de ce plan ambitieux est assurée, sous la coordination de l’ambassade de France en Union des Comores, par l’Agence Française de Développement (AFD). Le PDFC a pour objectif principal de soutenir des projets visant en priorité les secteurs de la formation et de l’insertion professionnelle des jeunes, de l’éducation, de la santé, de l’aménagement du territoire, ainsi que les activités génératrices d’emploi en zones rurales notamment via le développement de filières agricoles d’exportation

Andjouza Abouheir / LGDC

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*