En ce moment

MOTION DE DÉCHÉANCE À LA MAIRIE DE MORONI : Trois questions à Abdoulfatah Said Mohamed

L’ancien député de Moroni et membre du conseil municipal de la commune de la capitale revient sur la motion de déchéance, révoquant le bureau exécutif, entérinée à l’issue d’une session extraordinairetenue le jeudi 14 avril dernier.

Le Conseil municipal de la commune de Moroni vient de procéder à une motion de déchéance contre le bureau exécutif, quelle est la suite des évènements ?

Comme vous venez de l’évoquer, le Conseil municipal de la Commune de Moroni s’est réuni en session extraordinaire pour statuer sur une motion de déchéance signée et déposée par trente neuf (39) membres du dit Conseil (Conseillers et Chefs de quartiers) sur un effectif total de cinquante-trois (53) qui le composent, soit près de 74%. Un quorum de 37 membres, soit près de 70% s’est exprimé à l’unanimité à mainlevée en faveur de cette motion. Vous pouvez constater et conclure alors que le conseil municipal a accompli sa mission, conformément à l’objet de sa convocation. Ceci étant, et en réponseà votre question, la suite des évènements revient pleinement aux autorités compétentes en charge de la décentralisation et celles en charge de l’organisation et du contrôle des opérations électorales notamment le Ministère de l’intérieur, la CENI et la Chambre électorale de la Cour constitutionnelle.

Que pouvez-vous attendre réellement ou concrètement de ces autorités compétentes ?

Tout d’abord, je reste confiant que les représentants du ministère de l’Intérieur
présents à la cérémonie, je veux parler du préfet du centre et du Conseiller duministre de l’Intérieur, ont pris bonnenote de la tenue effective de la session extraordinaire dans le respect des normes et règles requises par la loi. Je reste également confiant qu’ils ont pris bonne note des résultats des travaux soumis à l’ordre du jour notamment l’adoption, à l’unanimité du quorum, de la motion de déchéance révoquant l’exécutif de la Mairie de Moroni. Je suis convaincu de la volonté des autorités des institutions précitées, dans leurs responsabilités respectives, d’accompagner la mairie dans le règlement harmonieux et respectueux du droit et des engagements des parties en désaccord notamment le Conseil municipal et le Bureau exécutif frappé par la motion de déchéance.

Y a-t-il un délai pour le ministère dedonner suite définitivement à cettemotion de déchéance ?

Nous pouvons comprendre qu’il leur faut un délai raisonnable qui permette au reste du processus d’aboutir à une normalité organisationnelle et fonctionnelle de l’institution communale prenanten compte les motivations de la motionde déchéance et les résultats des travaux de la session extraordinaire. Pourfinir, je saisis cette occasion pour remercier vivement les autorités concernées et les forces de l’ordre engagées dans la sécurisation de la session qui ont permis à celle-ci de se dérouler dans la sérénité, le calme et la paix.

Propos recueillis par A.S.K ( Al-watwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*