En ce moment

La paroisse de Moroni vandalisée

L’église de mission catholique a été vandalisée en début de semaine. D’après le père Felix, les cambrioleurs voulaient accéder au tabernacle heureusement, leur mission est tombée à l’eau. En revanche, ils ont réussi à emporter deux mixeurs sono.

C’était entre le 04 et le 05 janvier dernier que les faits se sont produits à Moroni. L’église de la mission catholique a été vandalisée en début de semaine et des objets ont été volés. Il était précisément 8 heures du matin quand l’église a fait le constat. « Nous avons fait la remarque que l’église était en désordre, des chaises déplacés et quelques tables. En premier lieu nous avons eu peur, c’est après que nous sommes rendus compte que nous avons été cambriolés », précise le père Felix, tout en montrant que la petite porte à gauche de l’entrée a été défoncée.

Apres inspection, cet homme de Dieu a expliqué que les gens ont voulu accéder au tabernacle. Il s’agit de la petite armoire, fixée au milieu de l’église, destinée à recevoir le ciboire contenant la réserve eucharistique, c’est à dire l’endroit sacré où l’on pose le corps du christ. « Dans cet endroit, il y a un coffre-fort contenant de argent et de l’or. Ils n’ont pas réussi à en prendre possession malgré leurs tentatives. Ils ont enlevé toute la décoration qui est en bois », explique-t-il.

Ensuite, les voleurs sont rentrés dans un autre espace et se sont accaparés de deux mixeurs noir et bleu de la sonorisation. Le père Felix a vite appelé l’évêque qui a suggéré d’alerter la police. Ainsi la brigade de recherche s’est rendue sur place pour un état des lieux et la déposition. L’église n’a pas caché son inquiétude et se dit indignée de cet acte barbare. « Nous ne soupçonnons personne. Car nous savons que les Comores est un pays de Paix. En revanche, nous sommes indignés que des gens soient rentrés dans notre lieu sacré qui est un reposoir et ont commis un acte barbare. Je prie pour qu’ils changent de comportement », déplore-t-il. Notons que c’est la première fois qu’un tel acte se produit à l’église de Moroni.

Andjouza Abouheir / LGDC

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*