En ce moment

Hausse des prix: Plusieurs commerçants interpellés

64 commerçants ont été interpellés par la police et conduits au commissariat central. “Ce sont des commerçants qui vendent plus chère que le prix normal et manque de justificatifs”, a lancé le directeur général de l’économie et du commerce, Abdou Nassur

Les forces de l’ordre ont procédé hier à une descente dans la capitale en vue de veiller au respect strict des prix des différents produits. Résultats : “soixante-quatre commerçants arrêtés par la police et une vingtaine par la gendarmerie. Je vais me rendre à la gendarmerie pour confirmer le chiffre exact”, a annoncé le directeur général de l’Economie et du Commerce, Abdou Nassur Madi. Cette descente fait suite à une conférence de presse tenue la veille par les ministres de l’Economie et celui de l’Intérieur qui avaient annoncé des sanctions sévères contre les commerçants qui dissimulent des marchandises afin de spéculer sur les prix. “Nous allons fermer et sanctionner les commerçants qui font des spéculations sur les prix et les produits”, avait prévenu le ministre de l’Economie, Mze Aboudou Mohamed Chanfiou.

Assistés par les forces de l’ordre, la gendarmerie et la police, le Service des prix entrait dans les différents magasins et supermarchés pour vérifier les prix et ainsi recueillir des informations notamment le reçu justifiant la cause de l’augmentation d’un produit. « Certains d’entre eux n’avaient pas des reçus sur eux et même ceux qui nous ont présentés des reçus, nous avons pu constater qu’ils ont fait un abus d’augmentation de 3000, 4000 voire même de 5000 francs. comment peut-on comprendre que le ciment vendu par Lafarge à 70 000 francs est vendu à 100 000 francs sachant qu’avant la Covid, Lafarge le vendait à 67 000 francs et qu’en ce moment de Covid ils ont fait un ajustement de 70 000 soit 3000 francs de rajouté” a déclaré Abdou Nassur Madi.

Celui-ci a indiqué que les forces de l’ordre n’ont pas fermé des magasins en tant que tel. « Ce sont des commerçants qui devaient se présenter au commissariat. Ils pouvaient confier leur magasins aux employés mais ont décidé de fermer pour venir répondre à la convocation”, a-t-il rajouté, en indiquant que les commerçants ont pris acte des instructions imposées et vont reprendre leurs activités comme convenu mais que l’opération de descente va se poursuivre tout au long de la semaine. “Si l’on remarque que la situation n’a pas changé, ce ne sera pas au commissariat mais dans ce cas, ce sera la justice de s’en charger”, a tenu à prévenir Abdou Nassur Madi.

Le ciment de 67 000 à 70.000

La présidente de la nouvelle Opaco, Sitti Djaouharia a reconnu la grande crise dont fait face le monde entier, a fait savoir qu’il est tout à fait normal que le gouvernement comorien cherche à prendre des mesures conservatoires pour soulager la population. “En soi, ce n’a rien d’étonnant ni de difficile mais ce qui nous choque c‘est la manière dont le ministère de l’Economie a abordé le problème en prenant des mesures péremptoires sans concertation avec nous et en décidant de manière unilatérale la veille que nous allons sévir sur les prix”, a-t-elle déclaré.

Yahya Zakaria / Alwatwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*