En ce moment

Examens nationaux : 261 dossiers sur 43 334 recalés pour fraude

Sur 43 334 dossiers aux examens nationaux 261 dossiers sont recalés pour fraude, a annoncé hier Abdou Ali Abdallah, directeur général de l’Onec au cours d’une conférence de presse tenue au ministère de l’éducation nationale. Les faux bulletins et les passages non justifiés sont entre autres les causes, selon le directeur de l’Onec.

Certains établissements privés permettent leurs élèves de passer en classe supérieure sans les conditions requises. « Un élève n’ayant pas la 6eme et le Cepe est permis à passer en classe de 6eme. Lors du dépôt du dossier pour le Bepc, cet élève n’a pas le bulletin de 6eme et constitue un motif de son élimination », a expliqué Abdou Ali Abdallah, directeur général de l’Onec. Ce dernier a rappelé que la lutte contre les fraudes est prioritaire, rassurant néanmoins que toutes les dispositions sont déjà prises. « Aucune tolérance pour celui qui a fraudé. Qu’il soit responsable du ministère, de service des examens, enseignant, élève ou encore chef d’établissement », a insisté le directeur général de l’Onec.

Le directeur en charge des examens et concours a mentionné que deux établissements délivrent des faux bulletins et fausses signatures et acceptent leurs élèves à passer en classe supérieure sans les conditions requises. « C’est l’école privée Unité et l’école privée Amitié », a-t-il précisé. Selon lui, des responsables des établissements scolaires et des enseignants sont interdits à participer aux examens nationaux puisqu’ils ont commis des fraudes.

Alors que la fraude tue. « Il y a un savant Sud-Africain qui disait : inutile de lancer des bombes pour détruire un pays. Il suffit de délivrer des faux diplômes et former des faux ingénieurs. Alors former des meilleurs élèves est parmi les conditions pour développer un pays », a-t-il soutenu. En effet, la lutte contre la fraude et les triches n’est pas un combat d’une seule personne. « Il faut conscientiser nos enfants et leurs parents que la fraude et la tricherie sont considérées comme un acte de vol interdit et réprimé par la loi », a-t-il conseillé.

Kamal Saïd Abdou / Al fajr

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*