En ce moment

Anjouan : Koki fait craindre le pire

Une « épidémie » à la prison de Koki et ça demande des désinfections. Ce jeudi, le Cosep a procédé à une désinfection des 3 locales de la prison. Une intervention d’évacuation vers l’hôpital de Hombo d’un prisonnier sur 10 libérés ce jeudi. 2 à 4 prisonniers seraient décédés en ce mois de juillet en prison de 3 blocks renfermant au total 61 prisonniers dont 10 prisonniers sont libérés jeudi, 8 prisonniers malades à l’hôpital de Hombo et 1 décédé ce mercredi.

Le Cosep vole au secours des prisonniers de Koki. Alors qu’une maladie fait rage à la prison de Koki, une désinfection et un nettoyage complets sont prévus ce dimanche par la Cosep. Des discussions pour désengorger la prison sont en cours. « Je félicite le gouvernement pour ses efforts fournis à la prison de Koki par le billet des sapeurs-pompiers de Ndzuani. C’est une première, une séance de désinfection puisqu’il y a une épidémie à la maison d’arrêt », a fait savoir le gardien en chef de la prison. « Les responsables sont présent, ils ont vu la véracité des faits sur l’état des lieux de la prison. Trop de monde dans les chambres, aujourd’hui nous avons libéré 10 prisonniers et nous irons vérifier d’autres dossiers pour des prochaines libérations », a indiqué Bond, le chef personnel de la prison de Koki.

L’état général de santé des prisonniers est méconnu, le médecin de Caritas Comores en charge des prisonniers se réserve de tout commentaire. « Les prisonniers qui ont un état de santé très difficile et sont pour l’instant à l’hôpital de Hombo. Je profite de cette occasion pour remercier la sécurité civile pour ses efforts. A chaque fois que nous les sollicitons, ils répondent présent pour nettoyer et transférer les prisonniers malades à l’hôpital », a-t-il exprimé.

2 à 4 prisonniers seraient décédés en ce mois de juillet en prison de 3 blocks renfermant au total 61 prisonniers dont 10 prisonniers sont libérés jeudi, 8 prisonniers malades à l’hôpital de Hombo et 1 décédé ce mercredi.

L’état des locaux sont « déplorables ». Des dizaines de prisonniers dans 4 murs sales, et « sans eau dans les locaux ». Lesdits prisonniers ont même établi un commerce sur place. Selon divers prisonniers, « nous ne pouvons plus dormir à cause de la saleté, il n’y a même pas d’eau pour nous laver. Nous sommes 36 prisonniers dans une chambre de 10 lits », témoignent-ils avant de s’interroger, « Y-a-t-il de droit de l’homme aux Comores ? »

Aussitôt que le Cosep soit informé de l’état de santé des prisonniers, ces derniers sont transférés au centre hospitalier de Hombo en désinfectant la prison. « Les prisonniers ont coopéré à la désinfection des locaux, nous avons désinfecté la prison. Nous continuerons à désinfecter la prison ce dimanche. Ce sont les médecins qui doivent nous expliquer, s’il y a cas d’épidémie. Apparemment, il y a des microbes qui dérangent les prisonniers, qui peuvent les infecter. Nous nous mettons en péril tous les jours pour la vie de nos citoyens et pour des prisonniers », a montré le directeur régional du Cosep, Abdouroihamane Mohamed.

« Nous n’avons pas plus d’informations, seulement nous avons désinfecté la prison, nous avons évalué la tâche à faire. Nous avons discuté et nous sommes mis d’accord avec le procureur général, pour la désinfection de ce dimanche », ajoute Abdouroihamane Mohamed, directeur régional. Selon ce responsable de la sécurité civile, la prison est une institution, « nous ne pouvons pas faire des grands travaux sans organisation mais aussi les moyens matériels et humains à fournir. Nous devons nettoyer et éliminer les microbes a 100% pour permettre à ces prisonniers d’être dans des conditions adéquates. »

La désinfection a eu lieu, dit-il, nous avons pris la direction vers la caserne des pompiers. Nous avons eu un appel confirmant que 1 des 10 prisonniers libérés a fait une malaise à quelques dizaines de mètres de la prison. Inconscient, nous l’avons pris dans l’ambulance du Cosep, en direction de l’hôpital de Hombo dans un état d’inconscience. » Une source anonyme affirme que des « discussions sont en cours pour désengorger et revoir l’état des lieux de la prison ».

Ahmed Zaidou / Al fajr

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*