En ce moment

Pour un deuil national d’une journée

L’innommable s’est produit. Il remplit les cœurs d’effroi. On ne comprend pas. Une petite fille de 5 ans, des jeunes de moins de 20 ans. En plein mois de ramadan.
Bien sûr il faut que la justice passe. Mais est ce que cela est suffisant ?
C’est pour cela que je propose au Chef de l’Etat de proclamer vendredi prochain journée nationale de deuil. YENTSI GELAZIMUO YIRUDRUMHE
Notre société produit des monstres. La responsabilité principale doit être endossée par ceux qui dirigent le pays. Mais nous sommes tous concernés. Chacun de nous doit se sentir atteint dans ce qu’il a d’humanité.


Vendredi prochain devrait donc être un jour de deuil national, les prêches dans les mosquées doivent être consacrées aux crimes abjects qui se multiplient. Des prêches circonstanciées qui ne se limiteront pas aux incantations habituelles. Des prêches qui remueront les entrailles de chacun de nous et conduiront chacun de nous à réfléchir sur ce qui nous arrive, sur la protection de nos valeurs.


C’est qui s’est passé à Membwadju, ne doit pas être banalisé. Un jour de deuil national, une exception dans notre pays, pour souligner l’extrême gravité de ce qui s’est produit et appeler à un sursaut humanitaire.

Mohamed Idriss

La Rédaction

1 commentaire sur Pour un deuil national d’une journée

  1. MOHAMED Idriss, j’en conviens sur vos propos dégagés par l’infame. Mais il y a quelques temps NACER, FAYSSOIL, MOUTU et GAZON furent assassinés sans émouvoir le peuple. On disait attendre le village de chacune des victimes agir. Des jeunes d’iconi mutilés sans émouvoir personne non plus. BAPALE enlevé, humilié, torturé, démembré et assassinés et jeté, incognito, dans un trou pendant la nuit noire par les force de l’ordre ou de désordre, c’est pareil. Ce régime corrompu, dictatorial, tortionnaire, nauséabond, immonde, destructeur et criminel est à l’initiative de ces crimes odieux ne serait-ce que par ses forfaits mortels restés sans aucune forme de procès. Seul le peuple accouchera d’un état de droit pouvant stopper cet escalade suicidaire. Alors oui pour cette journée de deuil national mais pas avec des prêches qui ne poseront pas le vrai débat. Un débat philosophique et scientifique peut aider à dégager les vraies responsabilités et proposer les bonnes solutions. Faire porter tout à la religion ne serait pas suffisant pour nous en sortir. Merci, Idriss MOHAMED

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*