En ce moment

Traite illicite des êtres humains : Des agents en formation sur la prise en charge des victimes

Durant cinq jours, les agents de police, des gendarmes et des agents de la sécurité civile, vont bénéficier d’une formation sur la lutte contre la traite illicite des êtres humains mais aussi sur la prise en charge des victimes. Le point focal chargé des questions migratoires et la traite des personnes, Idrisse Hassane, a fait savoir qu’il s’agit d’une initiative du ministre de l’Intérieur qui entre dans le cadre de sa politique de restructuration. Cela vise à également à aider les forces de sécurité à travailler ensemble.

Un atelier de formation a débuté ce lundi dans les locaux du ministère de l’Intérieur. Ouvert officiellement par le ministre Mahamoud Fakridine, la session de formation a mobilisé les forces de sécurité notamment les agents de police, des gendarmes et des agents de la sécurité civile. Sous le parrainage du ministère de l’Intérieur, la formation d’une durée de cinq jours vise à identifier et à définir les éléments constitutifs des infractions liées à la traite des êtres humains conformément au nouveau code pénal en vigueur.

«Il a été jugé nécessaire de se regrouper ici et procéder à une formation de base par rapport à la lutte de la traite des êtres humains. Tout d’abord, il va falloir que les éléments des agents des forces de sécurité puissent définir ce que c’est la traite et aussi connaitre les éléments constitutifs.

Le nouveau code pénal prévoit que quiconque commet une infraction liée à ce type de traite. Les forces de l’ordre doivent aller le poursuivre et de l’appréhender», a indiqué le commissaire de police, point focal chargé des questions migratoires et la traite des personnes,

Renforcer les partenariats

Idrisse Hassane. Idrisse Hassane a expliqué qu’il s’agit d’une initiative du ministre de l’Intérieur par rapport à sa politique de restructuration et emmener les forces de sécurité à travailler ensemble, à comprendre les textes en vigueur dont le nouveau code pénal qui présente de grandes nouveautés avec l’introduction de nouveaux crimes et délits.

Il soulignera, dans la foulée, qu’il y a bien évidemment une prise en charge des victimes de la traite. D’où la présence de la sécurité civile. «La traite des personnes concerne aussi bien la sécurité civile pour d’abord l’assistance des victimes, et leur prise en charge. Le gouvernement comorien est là pour nous épauler», a-t-il martelé.Les résultats escomptés au terme de cette formation, c’est d’abord, selon ce commissaire de police, «arriver sur un paradigme appelé le paradigme des trois P, à savoir la prévention, la poursuite et le partenariat».

«Dans notre quotidien, nous poursuivons, nous faisons aussi la prévention mais ce qui nous manque ici c’est le partenariat et je pense qu’il faut que les entités puissent partager les informations. Il faut qu’on ait aussi des partenaires mondiaux et c’est quand même encourageant que le gouvernement comorien soit partenaire pour appuyer ce projet».

Idriss Hassane a souligné l’importance de renforcer ces partenariats car pour lui, «il ne s’agit ni d’un combat comorien ou villageois mais plutôt d’un combat mondial. La prévention, la poursuite et le partenariat, c’est vraiment la chose la plus importante que nous attendons à la fin de cette formation», a-t-il expliqué.

Mhoudini Yahaya / Alwatwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*