En ce moment

Dialogue inter comoriens : Une nationalité en trop ?

Parmi les conditions d’éligibilité pour pouvoir concourir à la présidence de la république, une experte a proposé que tout candidat binational renonce à sa nationalité étrangère. La proposition n’est pas retenue. A la place, il faut lire : “le candidat élu renonce à sa nationalité étrangère avant son investiture”.

Alors que le dialogue inter comoriens touche à sa fin, une disposition proposée suscite un débat notamment au sein des membres de la diaspora qui assimilent, à tort ou à raison, la mesure à “une exclusion du destin national”. A l’origine, une consultante qui se trouve être l’ancienne présidente de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Nadjahe Allaoui suggère, parmi les conditions d’éligibilité à la présidence de la République, que tout candidat binational renonce formellement à sa nationalité étrangère pour pouvoir concourir.


Nadjahe Allaoui est l’experte de la thématique relative aux textes législatifs et réglementaires concernant les échéances électorales. Elle soumet donc cette proposition “pour susciter le débat” au président de la commission, qui n’est autre que l’ancien député Oumouri M’madi Hassani. La mesure enflamme la toile, les internautes s’écharpent, rappellent les prouesses de l’équipe nationale de football dont les joueurs et le staff technique sont quasiment tous issus de la diaspora de France.


Sauf que la mesure en question n’a pas été retenue telle quelle. En effet, l’ancien élu d’Itsandra Nord y apporte un amendement de taille dans le rapport des travaux que nous avons pu consulter : “le candidat élu renonce à sa nationalité étrangère avant son investiture”. Cette disposition, si elle était retenue, ne concernerait pas donc tous les candidats mais celui qui sera le locataire de Beit Salam pour au moins un mandat si bien sûr il possède une citoyenneté autre que comorienne. Cette disposition qui entre dans le cadre de la révision du code électoral sera maintenue ou modifiée ou supprimée par les députés parce qu’elle n’est pour l’instant qu’une proposition.Dans les deux cas, pestent certains, “cette mesure est discriminatoire contre la diaspora”, notamment de France où les Comoriens sont nombreux. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Fsy / Alwatwan

1 commentaire sur Dialogue inter comoriens : Une nationalité en trop ?

  1. j’adore ça. Bande d’hypocrites de franco-comoriens. On va voir s’ils seront capable de renoncer à la nationalité française pour l’amour de leur prétendu nation comorienne.
    je l’ai toujours dis le vrai problème de la stabilité politique des comores ce sont ces binationaux. On ne peut pas être président d’un pays et avoir un double nationalité c’est bidon.
    On l’a vu dans le passé que tout ces présidents comoriens ne servent que l’intêret de la france que celle des comoriens.
    on voit bien la tête de ces francocomoriens quand ils viennent en vacance, ils sont plus fière d’être français que comorien.

    Les mahorais vont rigoler car l’hypocrisie comorienne va être révélée au grand jour.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*