En ce moment

Comoriens bloqués à Madagascar : Un retour sous condition

Une bonne nouvelle était annoncée depuis la semaine dernière. Deux vols charters ont été programmés cette semaine pour rapatrier les comoriens bloqués à Madagascar depuis presque un an. La date de leur retour n’est jusqu’à présent annoncé. Toutefois, le ministre des transports aérien et maritime a indiqué que leur retour est conditionné de certain nombre de procédures.

L’intensification des cas du covid-19 à Madagascar ne permet pas les autorités de cette île à rouvrir les frontières. Plusieurs comoriens y sont bloqués. Bien que deux vols charters ont été annoncés devant rapatrier les comoriens, rien n’est abouti. Des ressortissants comoriens bloqués à Madagascar accusent le gouvernement comorien de ne pas engager des démarches pour leur sauver. « Nous étions très contents de cette nouvelle-là. Nous avons pensé qu’on allait voir nos familles après tout ce temps passé à Madagascar », raconte Imane Chamsidine. Le gouvernement comorien n’a pas donné le feu vert, selon ce jeune comorien bloqué à Madagascar. « On nous a dit que le gouvernement comorien refuse de délivrer l’autorisation d’atterrissage de l’avion. Quand même ce n’est pas humain ce que fait notre gouvernement. Nous ne sommes pas des étrangers où leur entrée sur le territoire comorien demande une procédure particulière. Nous sommes des comoriens pourquoi ne pas délivrer l’autorisation », s’interroge notre interlocuteur.

Une dure épreuve

Plus de 300 comoriens dans l’ensemble du territoire malgache périssent dans les rues et mosquées de la grande île. « Je suis conscient que notre gouvernement est au courant de ce qui se passe ici. Nous nous sommes entretenus plusieurs fois avec notre consul ici à Mahajunga. Il nous a dit qu’il a mis au courant les autorités comoriennes. Jusqu’à présent nous n’avons pas eu de réponse. Tant que je connais mon pays, deux hypothèses tournent autour de notre cas : soit des personnes autour du gouvernement veulent profiter notre cas pour tirer profit ou il n’y a pas parmi nous un proche d’un ministre ou directeur, alors le gouvernement s’en fiche de notre situation », regrette Imane Chamsidine.

Selon une étudiante comorienne à Madagascar, « on nous a dit que le vol est prévu le 6 août prochain. On ne sait pas encore si cela est vrai ou faux sachant que le premier contingent était prévu le 26 juillet et le deuxième est prévu le 30 juillet ». L’étudiante comorienne à Madagascar a fait savoir que « l’autorisation émanant du gouvernement comorien ne suffit pas, il faut aussi celle émanant des autorités Malgaches ».

Le retour au bercail exige certaines conditions

De son côté, le ministre comorien des transports aérien et maritime, Djae Ahamada Chanfi passe en contre-attaque et a rassuré que le gouvernement est très occupé de cette question. « Nous avions un problème concernant un bateau à Mahajunga, il est déjà résolu. Maintenant nous sommes entrés en contact avec le ministère de transport Malgache à ce sujet et nous y travaillons », affirme le ministre comorien des transports aérien et maritime. Le ministre persiste sur certaines conditions notamment le test Pcr. « Madagascar est classé en zone rouge et notre pays est classé en zone verte, alors il faut que chacun ait son test Pcr 72h avant son départ », insiste Djae Ahamada Chanfi. « Visiblement leur retour aux Comores est conditionné d’un certain nombre de procédures », conclut-il. Le gouvernement comorien organise le retour des comoriens bloqués à Madagascar. Sachant qu’une date n’est pas encore annoncée pour leur retour. L’inquiétude nourrit les comoriens bloqués à Madagascar et ils traversent le calvaire. Ils se plaignent de la précarité de leur situation. Ils subissent actuellement les impacts des dispositions adoptées par l’Etat malagasy dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Mais, les négociations pour leur rapatriement sont en cours. Des pourparlers sont menés entre les deux ministres des transports pour résoudre ce problème. La procédure exige logiquement le test Pcr négatif.

Kamal Said Abdou / Al fajr

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*